QUI SOMMES NOUS ?

Jazzus Productions est officiellement né le 8 octobre 2011. Nous avons commencé nos activités sous la forme associative avant de rapidement devenir une SCOP (Société Coopérative de Production). Ce statut nous tenait particulièrement à cœur puisque la gouvernance est démocratique et que nous avons des objectifs de pérennité des emplois et du projet d’entreprise.

Jazzus Productions est membre d’AJC – Jazz & Croisé, fédération et réseau de diffusion du jazz en France et en Europe.

Notre projet s’articule sur axes qui nous semblent complémentaires :

  • une mission d’intérêt général qui vise la promotion et le soutien du jazz, des musiques improvisées et de leurs esthétiques connexes
  • le développement d’activités de productions et de prestations pour inscrire notre activité dans la réalité économique.

L'ÉQUIPE

56476_1710306163084_4749714_o-300x300

GILLES GAUTIER

Soyons sérieux
La vie professionnelle est pleine de rebondissements. Celle de Gilles en est le bon exemple : CAP de dessinateur industriel, DUT d’informatique et de gestion, DEUG de psycho qu’il interrompt en 1996 pour faire son temps de service national au sein de l’association Jazz Club de Champagne.
En tant qu’agent de développement culturel, il travaille sur la rédaction du magazine musical, de la régie de concert, du suivi administratif.
A partir de 2002, au sein de la structure djaz51, il occupe le poste de directeur administratif et technique : régie générale, établissement des cadres budgétaires, suivi administratif, programmation en liaison avec les membres du comité artistique. Il sera d’ailleurs directeur de cette même structure pendant un an.
Gilles Gautier est également très impliqué dans les réseaux de diffusion jazz français et européens : membre du bureau de l’association des festivals innovants en jazz et musiques actuelles (afijma) et de la fédération des scènes de jazz et musiques improvisées. Il siège à la commission d’Aides aux Festivals du CNV (Centre National de la Chanson, des variétés et du jazz) en tant que représentant du Syndicat des petites et très petites entreprises de musiques actuelles (SMA).
N’en jetez plus, il est également le co-fondateur du réseau régional de diffuseur de musiques actuelles Museau regroupant une vingtaine d’acteurs sur 4 départements (2 mandats de présidence) et président de l’association Vents d’Est (label de jazz).

Soyons tout aussi sérieux
Comme il n’y a pas que le travail dans la vie, Gilles Gautier développe (heureusement) des passions extra-professionnelles.
Ne pas voir dans l’énumération qui va suivre un quelconque classement : le Gewurztraminer vendanges tardives, sa femme, ses enfants, la vodka et les bières lambic. Voilà, dans le désordre quelques petits pêchés mignons de Gilles.
Plusieurs possibilités pour le croiser : dans la forêt – le teint hâlé – à la recherche de champignons et d’escargots (tout autant pour le plaisir de la promenade que pour les faire se rencontrer avec un beurre ailé et persillé), dans son canapé plongé dans une BD (de préférence Druillet, Manara, Larcenet ou Jodorowsky), dans sa cuisine préparant ses célébrissimes lasagnes, ou dans un train ou un avion en route vers Venise, la Pologne ou des fjords.
Comme quoi, on peut avoir été trompettiste d’un groupe (au nom que la bienséance nous interdit de vous donner le nom) qui se déguise sur scène et s’en sortir.

1450085_227223734122115_1532234924_n

JEAN DELESTRADE

Soyons sérieux.
Titulaire d’une Maîtrise de Conception et mise en œuvre de projets culturels obtenue à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne dont le sujet de mémoire était « Les couvertures du livre Fictions de Jorge Luis Borges » (dirigé par Pierre Fresnault-Desruelles), Jean Delestrade s’est très rapidement orienté vers le spectacle vivant et plus particulièrement le jazz.
En 2001, il travaille d’abord 3 ans au Centre Info Jazz de Champagne sur des missions de centre de ressources et d’animation de réseau. A partir de 2004 et jusqu’en 2006, il est chargé de mission pour l’association [djaz]51 et assure la communication, les relations presse et les actions culturelles à l’occasion de différents événements : Reims Jazz Festival, Flâneries Musicales de Reims… Afin de diversifier ses compétences, il intègre l’équipe de La Comète – scène nationale de Châlons-en-Champagne en 2007 pour le suivi et la coordination de la communication.
En mai 2007, Jean Delestrade créé sa propre structure qu’il appelle daïbok et à travers laquelle il décide de proposer ses services à différentes structures culturelles : conseil en communication, relations publiques et coordination de projets culturels.
Fin 2011, il créé Jazzus Productions (Reims) avec Gilles Gautier, une structure à travers laquelle ils produisent des concerts et des actions de sensibilisation. Il s’occupe par ailleurs des relations presse nationale pour des musiciens (Das Kapital, Hasse Poulsen), des labels (Das Kapital Records, Ajmiseries) et des événements (Jazz à la Tour).
Jean Delestrade est également impliqué dans différentes structures dont le conseil d’administration du Centre Culturel Saint-Exupéry et le Conseil Territorial de l’Audiovisuel Grand-Est (CSA).

Soyons tout aussi sérieux.
Comme il n’y a pas que le travail dans la vie, Jean Delestrade développe (heureusement) des passions extra-professionnelles.
Il écoute du jazz toute la journée, des grands classiques aux découvertes parfois inaudibles.
Il lit des livres, particulièrement les auteurs russes et argentins, ça fait chic.
Il prend soin de sa santé en développant un intérêt particulier pour la cuisine, les vins du centre de la France (Menetou-Salon et Sancerre obligent) et des vallées suisses.
Il lui arrive de voyager, de préférence vers l’est et bien souvent vers un pays avec lequel il s’est découvert de surprenantes affinités, l’Azerbaijan.
Il lui arrive aussi de ricaner bêtement à la lecture de Desproges.